Vous voulez ouvrir un restaurant, mais n’avez pas les moyens financiers de concrétiser votre projet ? C’est tout l’intérêt de se tourner vers le crowdfunding ou le financement participatif.

Qu’est-ce que le crowdfunding ?

Le crowdfunding est un système qui consiste pour un porteur de projet à solliciter la participation de tierces personnes (la famille, les proches, des amis, de parfaits inconnus intéressés par le projet, etc) afin de le soutenir financièrement pour la concrétisation de son idée. Pour ouvrir son établissement, un restaurateur peut opter pour cette solution financière.

Une alternative intéressante au prêt bancaire

Pour ouvrir un restaurant quand on n’a pas les fonds nécessaires, la demande de prêt auprès d’un établissement bancaire est souvent la solution privilégiée. Mais pour se voir octroyer un crédit, il faut d’abord constituer un dossier solide. La banque décidera ensuite si elle valide ou non, après plusieurs jours d’attente.

Avec le crowdfunding, les investisseurs décident par eux-mêmes de soutenir ou non un projet. Le retour est souvent rapide et ne nécessite pas de monter un dossier de prêt.

Pas besoin d’une campagne de communication onéreuse

Pour attirer le plus d’investisseurs, il n’est pas indispensable de faire une campagne de communication. Il est toutefois utile de présenter son projet de restaurant sur une plateforme spécialisée dans le crowdfunding, comme KissKissBankBank ou FoodRaising.com (Crowdfunding spécialisé pour les restaurants et autres projets food), consacrés aux projets liés à la restauration et à l’art culinaire. Il vous suffit de mettre en ligne votre projet, d’expliquer le concept et éventuellement de détailler vos besoins.

Les contreparties du financement participatif

Pour inciter les particuliers à investir dans votre projet, vous pouvez leur proposer de devenir actionnaires de votre établissement. Ils gagneront ainsi des dividendes en fonction du chiffre d’affaires réalisé. La rétribution peut aussi être en nature, comme des repas gratuits ou des réductions. Dans certains cas, le crowdfunding est assimilé à un prêt, mais avec des taux d’intérêt plus intéressants que ceux appliqués par les établissements de crédit. Sur certains sites, l’argent obtenu grâce au crowdfunding s’apparente à un don et ne requiert pas de versement d’intérêts ni une quelconque contrepartie.

Et les inconvénients ?

Le crowdfunding présente quelques inconvénients qui ne doivent toutefois pas faire oublier ses nombreux avantages. Certains sites spécialisés appliquent des taux de commission qui impactent sur le montant obtenu. Il arrive aussi que les fonds récoltés mettent plusieurs jours avant de parvenir au bénéficiaire final. Patience est alors le mot d’ordre ! Enfin, la soumission d’un projet sur un site de crowdfunding est limitée dans le temps. Si vous n’atteignez pas la somme souhaitée dans le délai imparti, le projet est annulé et les contributeurs récupèrent leur participation.